Archives pour l'étiquette guide

Le guide du préservatif

Le guide du préservatif

Le préservatif, un mythe ou une réalité?

Le guide du preservatifRigolez pas, pour certains célibataires, ça relève plus du gadget qu’on ressort des vieux placards quand il fait beau, que de l’ustensible indispensable à une relation protégée avec un partenaire. Il est vrai qu’il y a deux catégories de célibataires, ceux qui touchent à tout, et ceux qui ne touchent rien. C’est en fait les deux extrêmes dans les relations sexuelles. Ce guide pourrait s’adresser à ceux et celles qui ne s’y connaissent pas trop, mais finalement, il servira aussi à celles et ceux qui pensaient tout savoir.

Petite définition pour commmencer : La capote, que l’on nommera aussi par les termes préservatif (terme médical), ou condom (en anglais, mais également ville française avec son musée dédié à la chose).

Il s’agit d’un objet dont vous découvrirez le passé glorieux à travers nos rubriques, et dont nous allons expliquer le fonctionnement pour lever toute ambiguité à son sujet.

C’est un morceau de latex que certains compareront à une bombe à eau (quand ils ne s’en servent pas comme tel). Il est destiné à la contraception, c’est à dire à éviter la procréation (en français, ne pas avoir de gamin au bout de 9 mois).

Nous vous rappelons donc que le préservatif est un moyen de:

  1. Retenir les spermatozoïdes loin de l’ovule.
  2. Eviter l’échange de microbes entre soi-même et son (ou sa) partenaire du moment (si vous connaissez tous ou presque les dangers du VIH, sachez qu’il existe d’autres maladies sexuellement transmissibles, que beaucoup semblent avoir oublié) Il s’agit entre autres des herpès génitaux, de la syphilis, de certains champignons, de la chaude pisse, etc..

Cependant, il n’est efficace que si le principe d’utilisation est rigoureusement respecté, et ce n’est pas si simple que cela en a l’air (ne vous inquiétez pas, vous vous en sortirez avec quelques conseils et beaucoup de pratique).

En théorie, le taux d’échec est nul.

En pratique, il craque parfois, à cause d’une mauvaise utilisation.

Mode d’emploi

Avant tout: N’utilisez (donc n’achetez), uniquement que des préservatifs ayant la norme NF, figurant sur l’emballage individuel, pour la France.
Pour l’ensemble de l’europe, préférez la norme CE pour Communauté Européenne.
Si vous faites partie d’une autre zone géographique (Canada par exemple), vous pouvez nous donner vos normes par email acne@respublica.fr. Pour les globe-trotters européens qui voudraient partir au large, emporter le nécessaire peut être préférable.

Faites attention à la date de péremption. Arrêtez donc de piocher dans la boîte de 244 capotes achetée il y a 2 ans, vous risquez fort d’avoir un jour de très mauvaises surprises!

Toujours avoir un préservatif sur soi? Bien sûr, c’est très pratique, mais ne le gardez pas trop longtemps dans la poche arrière de votre jeans favori que vous ne quittez plus tellement il vous porte chance. Nous savons tous ici que c’est l’endroit le plus rapide à atteindre dans l’urgence, mais malheureusement pour vous, le latex a tendance à être plus fragile que ce dont on le gratifie habituellement.
Son épaisseur est d’environ 7 µm. Pour que vous visualisiez, il en faut plus d’une centaine pour faire un millimètre. Les frottements risquent de l’abîmer, et au moment de l’utilisation, ÇÀ CRAQUE!! (Dommage). C’est pas parce qu’on peut mettre trois litres d’eau dans une capote et qu’on a pas trouvé meilleure gourde, qu’on a le droit de faire n’importe quoi!

Au moment critique

preservatif le guideSortez-le délicatement de son emballage. (je vous rappelle qu’il est fragile, donc pas de ciseaux, cutter, dents, machette, couteau de survie…). Positionnez-le sur l’organe en érection (en érection, c’est important, sinon cela va poser problème). Au besoin, utilisez aphrodisiaques et autres viagra. Remettez-le à l’endroit si vous vous êtes trompé. S’il n’y a pas de réservoir, pincez le bout entre deux doigts de façon à laissez un espace d’environ 2 centimètres. Chassez les bulles d’air. Déroulez la chaussette. Enfin tout est prêt, enfin sauf vous parce qu’en général, vous avez toujours oublié quelque chose.

Quelques minutes (heures) plus tard

Retirez-vous en veillant à maintenir le préservatif à la base.

Otez-le sans en mettre partout (on verra cela ensuite, pour les techniques). Faites un noeud et vol direct pour la poubelle, retour non disponible.

Si après çà un foetus pointe son nez, 3 possibilités s’offrent à vous:

  1. Immaculée Conception.
  2. Il s’appelle Mac Gyver.
  3. Mon gars, t’es cocu.

Mises en garde

Même si cela ne « glisse » pas, ne rajoutez pas de vaseline, ni de beurre, huile d’olive ou autres aromates. Il n’aime pas, devient poreux, et donc inefficace.
La salive aussi est à proscrire, elle est contre-indiquée car elle peut contenir des virus pas très sympas, et qui adorent se loger là où il ne faut pas.
Les préservatifs sont généralement lubrifiés, mais si cela ne suffit pas, des lubrifiants spécifiques sont vendus dans toutes les bonnes boutiques. N’ayez pas peur de demander, les moeurs ont changés.

Les capotes sont prévues pour des rapports vaginaux. Autrement dit, si vous voulez tenter autre chose, veillez à en demander des spécifiques pour rapports anaux. Là aussi, ils sont en vente un peu partout.

 

 

Comment faire des rencontres au Québec ?

Vous ne souhaitez pas connaître les meilleurs plans pour draguer au Québec ?

Surtout ne cliquez pas ICI !

Faire des rencontres au Québec

Vous vivez au Québec, à Montréal peut être, et vous vous demandez comment faire des rencontres ?
Voici un petit guide qui je l’espère vous aidera un peu.

rencontreTout d’abord :

Quelques conseils et remarques générales sur les rapports homme-femme dans cette belle contrée :

  • L’influence américaine est déterminante culturellement. Ainsi, le tutoiement vient relativement facilement entre inconnus.
  • Entrer en contact avec des inconnus de façon superficielle est tout autant facile mais il vous sera difficile de rentrer dans une relation solide ou de vous créer un cercle d’ami resserré.
  • Le rapport à l’autre tourne généralement à l’indifférence – bienveillante et polie mais indifférence néanmoins-. Voilà qui complique les rencontres et montre une fois de plus l’influence du grand frère américain.
  • L’égalité homme-femme est inscrite dans la loi. Ce qui risque de vous faire un petit choc culturel si vous venez de France 🙂  Il est donc bon d’avoir ce fait à l’esprit et de s’y adapter même si on est encore malheureusement bien loin de la parité parfaite.
  • La famille québécoise (comme c’est le cas dans de nombreux sociétés « modernes ») est déstructurée : un ménage sur deux divorce, un quart des ménages est formé d’une personne vivant seule. A ce moment de votre lecture, vous vous dîtes qu’il doit être facile de rencontrer des célibataires ?
  • Malheureusement, il n’existe absolument pas de culture de drague ou de séduction au Québec !
  • Plus spécifiquement, la drague de rue n’existe pas au Québec. Toute tentative d’adresser la parole à une femme inconnue peut être interprétée comme un acte d’agression.
  • L’influence américaine, toujours, induit au contraire un comportement de « consommateur » dans le domaine amoureux. On rencontre ainsi quelqu’un en payant un intermédiaire ((par exemple un site web, un « consultant en séduction », un organisateur de soirées speed dating, un club de rencontres, ect…).

Ces points posés, nous allons donc détailler:

Les sites internet vous permettant de rencontrer des célibataires au Québec :

Sites de rencontre génériques :

(ils ne sont pas spécifiques au Québec mais possèdent néanmoins une forte communauté québécoise)

  • Amoureux.com
  • Meetic
  • Match.com

Sites des rencontres spécifiquement québécois :

Autres :

Vous ne souhaitez pas connaître les meilleurs plans pour draguer au Québec ?

Surtout ne cliquez pas ICI !

A voir également :